Un adulte sur quatre dans le monde ne bouge pas assez pour sa santé

Dans une étude, l’OMS constate que la situation n’a pas progressé en quinze ans.

 Pratiquer une activité physique régulière réduit les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète, de démence et de certains cancers.
Pratiquer une activité physique régulière réduit les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète, de démence et de certains cancers. LP / Olivier Corsan
Plus d’1,4 milliard d’adultes dans le monde ont une activité physique insuffisante, selon une étude portant sur l’année 2016, publiée mercredi. Ce qui accroît les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète, de démence et de cancers.

Dans le monde, environ une femme sur trois et un homme sur quatre n’ont pas assez d’activité physique pour rester en bonne santé, d’après cette étude réalisée par des chercheurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les auteurs relèvent le « peu de progrès » observés entre 2001 et 2016 dans l’amélioration des niveaux d’activité physique. Or, « la sédentarité est l’un des 10 facteurs de risque de mortalité dans le monde », rappelait l’OMS en février.

« Contrairement à d’autres risques majeurs pour la santé mondiale, les niveaux d’activité physique insuffisante ne diminuent pas dans le monde, et plus du quart des adultes n’atteignent pas les niveaux d’activité physique recommandés pour être en bonne santé », prévient la principale auteure de l’étude, la Dr Regina Guthold de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Plus d’une heure par semaine

Il s’agit de la première étude visant à estimer les tendances mondiales en matière d’activité physique, souligne la revue The Lancet Global Health qui publie ces travaux.

L’étude prend en compte les niveaux d’activité auto-déclarés (au travail, à la maison, lors des déplacements et pendant les loisirs) d’adultes (18 ans et plus) à partir de 358 enquêtes auprès de la population de 168 pays, englobant 1,9 millions de d’individus.

L’OMS recommande aux adultes de faire au moins 150 minutes d’activité physique modérée (marche rapide, nager, jardiner, faire du vélo…) par semaine, ou 75 minutes d’activité d’intensité vigoureuse (courir, sports collectifs comme le football). En dessous de ces niveaux, l’activité physique est qualifiée d’insuffisante.

Les femmes moins actives

Dans toutes les régions du monde, à l’exception de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, les femmes sont moins actives que les hommes. En 2016, la différence est de dix points ou plus en Asie du Sud (43 % de femmes ayant une activité physique insuffisante contre 24 % chez les hommes) et en Asie centrale, Moyen-Orient et Afrique du Nord (40 % contre 26 %) ainsi que dans les pays occidentaux à revenu élevé (42 % contre 31 %).

Dans toutes les régions du monde, de nombreux pays ont enregistré de grandes différences entre les femmes et les hommes. Parmi les exemples : l’Inde (44 % contre 25 %), l’Afrique du Sud (47 % contre 29 %), la Turquie (39 % contre 22 %), les États-Unis (48 % contre 32 %) et le Royaume-Uni (40 % contre 32 %).

En 2016, les niveaux d’activité insuffisante chez les adultes variaient considérablement entre pays à faible revenu (16 %) et ceux à revenu élevé (37 %). Dans 55 (33 %) des 168 pays, plus d’un tiers de la population n’avait pas suffisamment d’activité physique. Dans quatre pays, plus de la moitié des adultes étaient insuffisamment actifs : le Koweït (67 %), les Samoa américaines (53 %), l’Arabie saoudite (53 %) et l’Irak (52 %).

Article dans “Le parisien”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un adulte sur quatre dans le monde ne bouge pas assez pour sa santé