Les APA : Que du ré-entrainement à l’effort ?
Natation senior activité conseillée pour bien vieillir

Sarah Deweert a rédigé un article dans la prestigieuse revue Nature, paru en Juillet dernier. Je vous laisse découvrir le titre dans la référence, le sous titre, lui, est beaucoup plus croustillant : Can exercise, social interaction and the Mediterranean diet really help to keep the cognitive decline of Alzheimer’s disease at bay ? Autrement dit, l’activité physique, les relations sociales et le régime alimentaire Méditerranéen peuvent ils préserver du déclin cognitif chez des sujets Alzheimer ?

Outre l’argumentaire scientifique sur les effets protecteurs de l’AP sur certains neurotransmetteurs, les capacités cognitives ; les différentes études épidémiologiques sur les habitudes alimentaires, Deweert souligne une étude d’Erickson sur la pratique d’AP en groupe chez des sujets âgés sains.

Sans le savoir l’auteur mets à jour la nature même des APA. Une pratique d’APA qui tend vers une pratique sociale d’une activité physique. Pourquoi nombre d’études qui propose du réentraînement obtiennent des effets significatifs à court terme, avec une atténuation de ces effets à moyen terme et plus d’effet à long terme. Les sujets ne sont vus que d’un point de vue physiologique, une fonction cardiovasculatoire. Sur le terrain, on retrouve la même chose (voir article).

Une prise en charge APA qui néglige l’aspect social et psychologique, mène à peu de chose.

Par extrapolation, cet article en est une belle illustration, on pourrait imaginer des programmes spécifiques d’APA pour des sujets à risque Alzheimer.

1er partie de réentrainement à moyenne intensité sous forme d’ergocycle afin de lutter contre le déconditionnement et permettre une mobilisation motrice simple, et lutter contre la kinésiophobie

2nd partie composée de pratiques physiques multiformes afin de travailler sur le tonus musculaire, l’équilibre et permettre un travail à intensité plus élevée (e.g. marche extérieur, activités sportives collectives, tir à l’arc…)

3e partie centrée sur les relations des pratiques physiques directement en lien avec le goût, les envies et les moyens des sujets. Pourquoi ne pas proposer de la danse de couple, de la danse traditionnelle (voirarticle), du tennis de table…

Bien sur ces propositions nécessitent une organisation importante, une approche globale, une écoute, un travail de réseaux, une transversalité professionnelle, sans nécessairement augmenter le coût des prises en charge. A mon sens, le chantier le plus important réside dans la modification des mentalités dans le champ de la santé et ou du médico-social : le sujet n’est plus « patient » mais acteur, les prises en charge non médicamenteuses estimées et comprises, la pratique basée sur des preuves, l’entretien motivationnel est aussi important que l’activité……

 Deweert. S (2011) Activity is the best medicine. Nature, Vol 474, S17.

https://actiphysetc.wordpress.com/2011/09/08/les-activites-physiques-adaptees-ce-n%E2%80%99est-que-du-reentrainement-a-l%E2%80%99effort/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les APA : Que du ré-entrainement à l’effort ?