Sport et handicap : un défi à l’épreuve du social

A lire ou a relire ….

Les Editions Cairn et Roy Compte proposent un article  : Sport et handicap dans notre société : un défi à l’épreuve du social

 

Plan de l’article

  1. Le sport un phénomène social total
  2. Le sport institutionnalisé en progression constante
  3. Le sport pour les personnes en situation de handicap : une pratique institutionnalisée récente instituée sur un idéal d’égalité
  4. Le sport au quotidien pour les personnes en situation de handicap : une réalité pour les personnes handicapées…
  5. Mais une réalité qui a du mal à s’imposer dans les médias
  6. Le cas d’Oscar Pistorius
  7. L’enjeu de l’intégration par le sport
  8. L’accés aux sports et aux loisirs questionne le droit à compensation
  9. Conclusion

 

 

4. Le sport pour les personnes en situation de handicap : une pratique institutionnalisée récente instituée sur un idéal d’égalité

En France, le sport pour les personnes en situation de handicap comme pratique sociale signifiante est un phénomène historiquement récent. La création en 1964 de la Fédération des sports pour les handicapés physiques et en 1971 de la Fédération française du sport adapté va marquer l’institutionnalisation du sport pour les personnes handicapées. Ces fédérations se sont structurées de manière distincte en fonction du type de déficiences sur le principe républicain d’égalité formelle, celle du droit, vue ici comme un des leviers structurants du lien social. De ce point de vue, le sport pour les personnes en situation de handicap apparaît comme un vecteur d’intégration où l’égalité comme valeur inaliénable de la société républicaine française voudrait jouer un rôle prépondérant. Égalité de droit d’accès aux pratiques sportives, égalité des chances dans l’épreuve sportive où chacun doit pouvoir concourir avec les mêmes chances que son voisin de gagner, enfin égalité de condition, chacun endossant le temps de l’épreuve le statut de sportif défini par la société sportive, oubliant, le temps du sport, son statut social. Ainsi, le sport se trouve investi d’une valeur sociale quasi ontologique de lutte contre les discriminations et l’effritement du lien social.

YOGA ET HANDICAP phyisique

Mais cet idéal d’égalité, dont Roberto Bobbio souligne la relativité, ne saurait masquer que l’inégalité de fait (liée à l’environnement social) et celle de condition (liée à la personne) ne sont jamais aussi présentes que dans les situations de handicap (faible accès à l’emploi, participation anecdotique aux instances de décision, pratiques sportives mixtes non structurées, méconnaissance de la société des problématiques du handicap…). Voilà bien un paradoxe que fait surgir le handicap dans sa confrontation au monde, celui de remettre en question l’utopie égalitaire pour affirmer l’idée de justice. Au principe d’égalité doit alors se substituer le principe d’équité. Il s’agit de réduire les conséquences du handicap qui peuvent conduire à de profondes inégalités dans la participation à la vie sociale et culturelle en favorisant une différence de traitement des situations entre les populations en situation de handicap et les autres. La question qui peut se poser est de savoir comment la différenciation des droits promus par le conseil d’État participe dans le domaine du sport à l’égalité des chances « afin de réduire les inégalités excessives qui, notamment dans le domaine économique et social, menacent les équilibres de la société française ».

 

Compte Roy, « Sport et handicap dans notre société : un défi à l’épreuve du social », Empan, 3/2010 (n° 79), p. 13-21.

http://www.cairn.info/revue-empan-2010-3-page-13.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *