Chez les plus de 70 ans, une bonne condition physique prédit la longévité

La Nouvelle Orléans, Etats-Unis – Passé un certain âge, l’espérance de vie dépend-elle plus des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire ou de la condition physique ? Une étude présentée en poster au congrès de l’ ACC 2019 semble indiquer que chez les plus âgés, la valeur prédictive des facteurs de risque traditionnels (cholestérol, tabac, hypertension, diabète) s’atténue avec l’âge, au profit de la forme physique [1,2].

« Nous avons trouvé que la condition physique est un facteur prédictif très fort de survie chez les plus âgés – indépendamment du fait que vous soyez en bonne santé ou ayez des facteurs de risque cardiovasculaire –, être en meilleure forme physique fait que vous êtes susceptible de vivre plus longtemps qu’une personne en moins bonne condition physique, assure le Dr Seamus P. Whelton, (Johns Hopkins School of Medicine, Henry Ford Hospital, Detroit) et premier auteur de l’étude. « Cette étude insiste sur l’importance d’être en bonne forme physique, même quand vous êtes âgé » résume-t-il [3].

Le projet FIT

Pour arriver à cette conclusion, Seamus P Whelton et ses collaborateurs ont mené une étude rétrospective chez 6500 patients de 70 ans ou plus, indemnes d’affections cardiovasculaires à l’inclusion. Tous étaient issus du Henry Ford Exercise Testing Project (FIT Project, voir encadré). Les patients étaient âgés en moyenne de 74,5 (+/- 4) ans et comportait 52% femmes.

Après un test d’effort sur tapis roulant – ils devaient donner tout ce qu’ils pouvaient –, les participants ont ensuite été répartis en trois classes (Petite forme physique < 6, 6 < Bonne forme physique> 9, et Excellente forme physique > 10 METs*) en fonction de leur résultat au test. Par ailleurs, les chercheurs ont évalué leurs facteurs de risque traditionnels (hypertension artérielle, dyslipidémie, diabète et tabac), en les additionnant : 0 à 3 ou plus. Puis, ils ont calculé le risque des décès des septuagénaires en tenant compte à la fois de leur capacité physique et de leurs facteurs de risque.

* La dépense d’énergie pour une activité peut être exprimée en équivalents métaboliques (en anglais Metabolic Equivalent of Task ou MET). Une unité MET (= équivalent métabolique) est définie comme étant le ratio entre le taux d’une personne en activité et le taux d’une personne au repos. 

Moitié moins de décès dans le groupe très entraîné

Pendant les presque 10 années de suivi moyen, 2 500 décès sont survenus (39%).

Le taux de mortalité pour 1 000 sujets/années était de 55 dans le groupe de condition physique médiocre (<6 METs). A contrario, la mortalité était de 25 pour 1 000 sujets/années dans le groupe très bien entraîné > 10 METs, soit près de moitié moins. Et ce, quel que soit le nombre de facteurs de risque.

Statistiquement, en utilisant des modèles de Cox et des courbes de survie de Kaplan-Meier (voir graphique ci-dessous), les sujets âgés avec 3 facteurs de risque, ou plus, et une forme physique intermédiaire (6-9METs) ou excellente (>10 METs) ont un risque de mortalité de 0,64 (IC 95% : 0,54-0,76) et 0,47 (IC 95% : 0,36-0,62), respectivement, comparé aux sujets les moins bien entraînés (<6 METs). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: array_merge(): Argument #2 is not an array in /homepages/36/d602560716/htdocs/apadegeant/wp-content/plugins/gym-studio-membership-management/membership-management-common.php on line 55

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/36/d602560716/htdocs/apadegeant/wp-content/plugins/gym-studio-membership-management/membership-management-common.php on line 139